REPORTAGE

Pour un secteur déjà très impacté par la longue crise du coronavirus, l’effet négatif de la mesure est réel. Comme d’autres acteurs du monde de la culture, les cinémas connaissent une forte baisse de leur fréquentation depuis l’instauration du pass sanitaire le 21 juillet dernier. Alors que le controversé pass est désormais demandé à l’entrée de tous les lieux de loisirs et de culture capables d’accueillir 50 personnes, la fréquentation a chuté jusqu’à -70% sur les cinq derniers jours. 

Ainsi, dans ce cinéma des Batignolles, à Paris, où Europe 1 s’est rendue, le hall d’entrée résonne. “Pour la séance de Kaamelott, nous sommes à seulement 3 entrées”, indique Guillaume, qui, derrière son comptoir, a de quoi se sentir seul. “Pour un lundi de début d’après-midi, c’est assez faible”, confirme-t-il. 

“On commençait à remonter la pente”

Avec moitié moins de spectateurs depuis l’instauration du pass sanitaire, c’est un nouveau coup de massue pour la directrice du cinéma, Manon Desseauve. “Ça commence à être un peu dur… J’avais vraiment l’impression qu’on commençait à remonter la pente”, déplore-t-elle. “Je me disais ‘Ça y est, on est sorti.. Et là, rebelote. Je crains qu’on soit à nouveau dans des difficultés de trésorerie, à nouveau dans une gestion très très tendue.”

Ce constat est partagé par toute les salles. Ainsi, Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français, détaille pour Europe 1 : “Entre -50% et-70% de la fréquentation, selon les sites et selon les jours.”

Le secteur réclame une aide financière

“Ce qui nous alarme, c’est que les lieux de culture, et les cinémas en particulier, se trouvent confrontés en premier sans avoir les solutions”, poursuit-il. “Et donc les cinémas essuient les plâtres.” Face à cette situation, la Fédération a demandé au gouvernement une aide financière urgente, avec notamment le retour de l’activité partielle pour les employés des cinémas.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *