C’est une nouvelle mesure écologique qui risque de faire grincer des pneus : dès la fin du mois d’août, l’ensemble de la capitale sera limitée à 30 km/h (sauf quelques grands axes).

Diminuer encore la place de la voiture

Toute la capitale roulera bientôt au pas : dès la fin du mois d’août, la circulation des véhicules sera limitée à 30 km/h. L’annonce a été faite par David Belliard, adjoint écologiste aux transports et à la voirie d’Anne Hidalgo, conformément à l’une de ses promesses de campagne de 2020. 

Cette décision poursuit trois grandes ambitions, avec, en tout premier lieu, l’idée de réduire encore davantage la place de la voiture à Paris. Avec une vitesse maximale abaissée, elle doit devenir moins intéressante que d’autres mobilités. « L’enjeu, c’est de diminuer la place de la voiture, ce qui passe par la baisse de la vitesse », a ainsi expliqué David Belliard.

En ce sens, cette mesure s’inscrit dans la lignée de celles déjà prises par la maire socialiste : interdiction progressive des véhicules les plus polluants, piétonisation des voies sur berge et de la rue de Rivoli, etc. 

À cet objectif écologiste s’en ajoute deux autres : la réduction des nuisances sonores liées à la circulation automobile (« On baisse les nuisances sonores, on fluidifie le trafic en diminuant les effets d’accélération et de décélération », a abondé l’adjoint à la Maire), et la sécurisation des rues « pour les plus vulnérables : les piétons, les cyclistes, les enfants et les seniors ». 

Quels axes sont épargnés ?

Toutefois, il ne faut pas s’attendre à une révolution. En réalité, 60% des rues de la capitale sont déjà soumises à cette limitation à 30 km/h. De plus, certains grands axes seront épargnés par cette nouvelle restriction : 

  • Le boulevard périphérique reste limité à 70 km/h (même si la municipalité souhaite à terme le faire passer à 50 km/h)
  • Les boulevards des maréchaux restent limités à 50 km/h
  • Deux portions des quais de Seine restent limitées à 50 km/h
  • Certaines voies du bois de Boulogne et du bois de Vincennes restent limitées à 50 km/h
  • L’avenue des Champs-Élysées, l’avenue Foch, l’avenue de la Grande-Armée, la rue Royale restent limités à 50 km/h, ainsi que quelques axes encore non-précisés des 12e et 14e arrondissements.

Depuis le 1er juin, les vignettes Crit’Air 4 ne peuvent plus rouler

Cette nouvelle étape vers un Paris plus « écolo » va accompagner un autre changement majeur, à l’œuvre depuis le 1er juin : l’interdiction des vignettes Crit’Air 4 autour de Paris. Désormais, les véhicules Diesel mis en circulation entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005 inclus, ne peuvent plus circuler ni intra-muros, ni entre le périphérique et l’A86, comme cela était déjà en vigueur pour les vignettes Crit’Air 5. 

Et l’exclusion progressive des véhicules polluants n’ait pas finie : à partir de juillet prochain, ce sont les vignettes Crit’Air 3 (orange) qui seront, elles aussi, exclues, puis, en 2024, les Crit’Air 2 (jaune). L’ambition est affichée du côté de la municipalité parisienne : interdire tous les véhicules thermiques d’ici 2030.

Une mise au ban justifiée par l’édile socialiste en raison d’un problème de santé publique : À Paris, le nombre de décès prématurés causés par une exposition à des taux de pollutions excessifs s’établirait à plus de 2 500 par an, soit 7% de l’ensemble de la mortalité parisienne.

Pour faire respecter les interdictions de circuler ainsi que les nouvelles limitations de vitesse, la vidéo-verbalisation va être amenée à se généraliser. Pour l’heure, elle permet déjà d’adresser des amendes pouvant aller jusqu’à 450 euros aux « contrevenants à la vignette »

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *