L’assurtech allemande Friday vient de lancer son offre d’assurance multirisque habitation (MRH) en France. Sur un marché de l’assurance digitale déjà très concurrentiel, petit tour d’horizon des spécificités de ce nouveau venu.

Nouveau venu dans la bataille des 4L

Nous connaissions déjà Luko, Leocare, Lovys et Lemonade : ces quatre néoassurances habitation s’apprêtent à être concurrencée par une autre assurtech venue d’Allemagne : Friday. Premier assureur digital en Allemagne, Friday débarque sur le marché hexagonal avec de grandes ambitions, dont celle de devenir l’assureur digital préféré des européens. 

Dans cette optique, partir à l’assaut du marché français est une étape obligatoire, malgré le marché très concurrentiel de l’assurance multirisque habitation digitale. Pour se démarquer, Friday compte sur trois piliers stratégiques.

Se démarquer avec des innovations produits

D’abord, une flexibilité plus étendue que ce que propose actuellement la loi française. Actuellement, un assuré peut résilier son assurance habitation sans frais ni justification quand il le souhaite après un an de souscription (la loi Hamon le permet aussi en assurance auto et moto). Friday souhaite aller plus loin, en offrant la possibilité à ses clients de résilier dès la première année de contrat.

Ensuite, une tarification personnalisable. Au moment de souscrire, Friday propose, comme ses concurrents, deux produits, aux niveaux de garanties différents : une formule « Essentielle », et une formule « Sérénité » (plus protectrice). 

Mais ces deux gammes peuvent être associées à un mode « Zen », qui permet de souscrire une garantie complémentaire en cas de casse accidentelle d’un objet par exemple. En bonne assurtech, les contrats sont ensuite modulables selon les biens que vous souhaitez couvrir, notamment avec la garantie vol et casse pour les vélos, par exemple.

En revanche, pour tâcher de se démarquer des autres néoassurances, dont le service client peut parfois faire défaut, Friday souhaite proposer enfin un accompagnement personnalité, pour choisir son assurance, mais aussi pour les services d’assistante et de traitement des sinistres. De quoi promettre d’allier la souplesse du digital et la proximité d’un assureur traditionnel.

Un succès outre-Rhin

Outre-Rhin, la formule a déjà séduit 110 000 assurés depuis le lancement de Friday, en 2017 (l’entreprise a été fondée au Luxembourg). « Grâce à des offres simples et des produits innovants, nous voulons devenir le premier assureur digital en France également », a déclaré Christoph Samwer, CEO de Friday.

Reste à convaincre sur un marché ou les néoassurances habitation (les « 4L ») sont déjà bien implantées et sont en concurrence sur un marché de niche : des jeunes adultes très connectés et plutôt locataires dans les grandes villes. Chacune de ces assurtech compte notamment sur l’obligation, pour les locataires, de souscrire une assurance habitation.

Mais le marché apparait si ténu, que les acteurs présents dans l’Hexagone se diversifie déjà au-delà de l’assurance pour particuliers. Luko, après avoir lancé la première assurance digitale pour les copropriétés, vient d’annoncer son lancement dans l’assurance emprunteur. 

Pour Friday, cette diversification pourrait se faire sur un tout autre segment : l’assurance auto, produit qu’elle propose déjà (avec une formule de facturation au kilomètre) en Allemagne.

Vous pouvez retrouver ici notre dossier sur les assurances habitation digitales.

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *