REPORTAGE

Le textile français est-il en train de relever la tête ? Après des années de délocalisations d’usines vers l’Asie, la tendance du “consommer local”, amplifiée ces derniers mois par la crise du coronavirus, semble être en train de provoquer le renouveau du secteur. Le “made in France” est tendance, comme dans le département de la Loire, bassin historique du vêtement, où des PME automatisent à tout-va pour produire à moindre coût, et ainsi rivaliser avec les importations. Avec à la clé un redémarrage espéré de l’emploi. 

Dans les Monts du Forez, par exemple, à Sainte-Agathe-la-Bouteresse, les machines à tisser de l’ancienne manufacture Marcoux Lafay tournent désormais à plein régime, après des années d’activité au ralenti. Tout a redémarré après la reprise en 2020 par deux associés, dont Arnaud de Belabre, qui développe désormais le made in France de qualité pour la grande distribution.

“Aujourd’hui, avec le Covid, les difficultés d’approvisionnement, les coûts de transport, le souhait que l’on voit, c’est vraiment de reproposer des articles produits localement”, explique-t-il à Europe 1, avant de présenter quelques pièces. “Vous avez de la layette qui est produite ici. Vous avez aussi des pulls qu’on va livrer chez Leclerc, chez Carrefour…. On sent vraiment une vague de retour du made in France, de la production locale.”

“On retrouve notre souveraineté”

Et cette tendance lourde se confirme aussi dans le bassin textile de Roanne, explique Eric Boel, patron des Tissages de Charlieu, entreprise qui vient de signer un gros contrat avec Auchan. “C’est un contrat sur cinq ans de 10 millions de sacs de caisse en tissus, qui vont remplacer des sacs en polypropylène qui arrivent d’Asie”, précise-t-il. “On crée des emplois et on retrouve la souveraineté qu’on a complètement perdu, comme on l’a vu au moment des masques. Et on divise par dix nos impacts carbone.”

Pour cela, l’entreprise va investir 22 millions d’euros, notamment en machines, et va aussi doubler ses effectifs en recrutant cent nouveaux salariés dans les deux ans qui viennent.

Une progression lente du nombre d’emplois

Mais ce retour en forme du textile made in France ne se limite pas à la Loire. Il y a clairement une tendance nationale. Depuis 2016, l’emploi dans l’industrie textile en France s’est remis à croître après une hécatombe qui a duré dix ans. Au plus bas, en 2015, on ne comptait plus que 58.000 emplois dans l’industrie textile dans le pays. Aujourd’hui, on est un peu au dessus de 62.000.

La progression est lente, mais elle est bien là, tirée par l’innovation, par les commandes du secteur du luxe, mais aussi par le regain d’intérêt des consommateurs pour le made in France.

Le textile importé reste très majoritaire

Bien sûr, il y a encore du chemin, quand on sait que 97,5% du textile d’habillement acheté en France est du textile importé. Mais plusieurs enquêtes d’opinion récentes montrent que dans le domaine du textile aussi, l’achat responsable gagne du terrain, même s’il faut payer un peu plus cher pour ça. D’où les commandes qui commencent à être passées aux entreprises françaises par la grande distribution. Quand des enseignes comme Kiabi, Leclerc ou Carrefour s’y mettent, c’est que, vraiment, ce n’est pas un phénomène de mode. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *