Exit les Marlboro au Japon: le nouveau directeur général du géant américain du tabac Philip Morris a annoncé dans une interview au quotidien Nikkei diffusée vendredi que son groupe cesserait de vendre des cigarettes classiques dans le pays “d’ici dix ans”. “Nous réaliserons une société sans fumée d’ici dix ans au Japon”, a déclaré dans cet entretien le patron de Philip Morris International, Jacek Olczak, qui vient d’entrer en fonction. “Je veux que le Japon soit le premier marché” dans lequel Philip Morris se désengage du segment des cigarettes classiques, a-t-il ajouté. 

Le groupe américain, qui commercialise des marques comme Marlboro et Chesterfield hors Etats-Unis, avait déjà prédit l’an dernier la fin de ses ventes de cigarettes traditionnelles d’ici “10 à 15 ans” dans certains pays, mais n’avait pas précisé à l’époque ceux auxquels il pensait.

Renforcer le segment des “produits électroniques de tabac chauffé”

Philip Morris International ne va cependant pas se retirer du marché japonais, a précisé Jacek Olczak. Au contraire, le groupe prévoit de continuer de s’y renforcer sur le segment alternatif des produits électroniques de tabac chauffé (ne dégageant pas de fumée), dont il est actuellement l’acteur dominant au Japon avec sa marque Iquos.

“Nous mettrons sur le marché de nouveaux appareils avec de nouvelles technologies”, a indiqué le patron de Philip Morris. Les liquides pour cigarettes électroniques (vapotage) contenant de la nicotine sont de leur côté interdits au Japon. Fumer sur la voie publique est par ailleurs banni dans les villes japonaises, sauf dans des zones réservées.

Nombre de bars et restaurants dans le pays acceptent les fumeurs, mais une récente évolution législative favorise désormais les produits sans fumée dans ces lieux. Selon le Nikkei, près de 30% des ventes de tabac au Japon proviennent désormais de produits de tabac chauffé.

Les fabricants assurent que ces produits sont moins nocifs que les cigarettes classiques, une affirmation toutefois très contestée. Les ventes de cigarettes au Japon ont baissé d’environ un tiers par rapport à leur pic atteint en 1996, toujours selon le Nikkei.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *