Réduire son budget auto : c’est l’une des préoccupations financières prioritaires des Français. Et pour cause : acquérir et entretenir sa voiture, puis circuler avec, représente à l’année le deuxième plus important poste de dépenses des ménages, derrière le logement. Pour réduire ce coût, il est possible d’économiser sur son entretien, mais aussi sur son assurance auto en comparant en ligne.

Combien fiscalement l’automobile en Europe ?

Le budget auto annuel moyen des Français varie légèrement tous les ans, mais il oscille généralement entre 5 500 et 6 500 euros. Il comprend : l’achat, l’entretien, l’assurance auto, le carburant, et un certain nombre de coûts liés à la circulation (prix des péages, amendes et contraventions…).

Une partie des sommes de ces sommes consacrées à leur auto par les Français est récupérée par l’État à travers un certain nombre de taxes. Mais, en la matière, la France ne fait pas partie des pays où l’on taxe le plus les automobilistes. C’est que nous apprend une étude de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA). 

Cet organisme a estimé et additionné les recettes fiscales des principaux marchés automobiles européens afin d’obtenir un classement un total : les impôts et autres taxes liés au secteur automobile ont rapporté près de 400 milliards d’euros en 2019 (+3% au regard de 2018). 

La Belgique : pays où les véhicules sont les plus taxés

Pour établir le classement, l’ACEA prend en compte 4 grandes taxations : les taxes payables à l’achat du véhicule (ainsi que pour les réparations), les taxes sur l’immatriculation, les taxes sur la circulation (péages…), et les taxes à la pompe à essence (carburants…).

Ce qu’il est plus intéressant de noter, c’est qu’en matière de taxation automobile, tous les automobilistes européens ne sont pas logés à la même enseigne. En Belgique, par exemple, une automobile en circulation rapporte fiscalement environ 3 100 euros par an. 

Sur le podium, on trouve ensuite l’Autriche, où les véhicules motorisés sont taxés à hauteur de 2 600 euros par an, puis la Finlande, où la fiscalité automobile rapporte aux alentours de 2 500 euros tous les ans aux pouvoirs publics. Les places suivantes sont occupées l’Irlande (2 400 euros), le Danemark (2 200 euros), et les Pays-Bas (2 100 euros).

L’Allemagne juste devant… la France

Au septième rang, l’Allemagne devance même la France de peu : 1 960 euros outre-Rhin, contre 1 900 euros par véhicule et par an en France. Au total, le marché automobile a rapporté environ 86 milliards d’euros à l’État français en 2019 (mais près de 100 milliards en Allemagne).

Dans le détail, c’est surtout grâce aux taxes sur les carburants que les pouvoirs publics français récoltent leur dû : 43 milliards d’euros par an, le plus haut total sur les 13 pays passés au crible (juste devant l’Allemagne, deuxième pays où l’essence rapporte le plus à l’administration).

De leur côté, les taxes et impôts payés chez le concessionnaire et le garagiste ont engrangé une recette de 20 milliards d’euros en 2019 (moins qu’en Allemagne : 34 milliards d’euros). 

Tout en bas du classement, on retrouve trois pays méditerranéens où un véhicule en circulation rapporte moins de 1 500 euros par an à l’administration fiscale : le Portugal, la Grèce et l’Espagne. 

Baisse des recettes fiscales attendues en 2020

Toutefois, ces chiffres datant de 2019 peuvent être pris avec des pincettes à la vue de la situation exceptionnelle de 2020. Les confinements et autres restrictions de déplacements ont provoqué de forts manques à gagner pour les États. 

La semaine dernière, une étude de la Sécurité routière mettait par exemple en avant la diminution des infractions, qui ont fait regagner à de nombreux Français leurs douze points de permis. Pour donner une idée, les 4 000 radars automatiques ont rapporté 760 millions d’euros aux comptes publics en 2019, et sans doute bien moins l’année dernière. 

À l’inverse, certaines taxes vont augmenter cette année et rééquilibrer les comptes :  le prix des péages autoroutiers a augmenté le 1er février dernier, de 0,44% en moyenne (après une hausse de 0,80% l’année dernière).

Autre dispositif qui devrait se développer dès cette année : la vidéo-verbalisation, qui permettra notamment de contrôler les vignettes Crit’Air autour de Paris, ainsi qu’un certain nombre d’infractions (non-port de la ceinture, conduite sans permis ou sans assurance…).

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *