La crise sanitaire et économique de Covid-19 continue de sévir et de mettre en péril les projets immobiliers de certains. Pourtant, dans un tel contexte, les jeunes continuent en majorité à croire en leurs ambitions et à vouloir devenir propriétaires. D’après un sondage Ifop pour CAFPI, les 25-34 ans sont 67 % à vouloir acquérir un bien immobilier dans les cinq années à venir.

Dans les conditions actuelles, les jeunes aspirent toujours à devenir propriétaires

La crise de Covid-19 complexifie grandement les projets d’acquisition immobilière : marché du travail moins stable, PIB national en baisse, visites rendues difficiles avec les multiples mesures de confinement… et pourtant, 67 % des 25-34 ans aspirent toujours à devenir propriétaires, d’après un sondage Ifop réalisé le courtier en prêt immobilier et rachat de crédits CAFPI. C’est plus que pour la tranche des 25-65 ans, où ils ne sont que 44 %. L’étude point également que 61 % des cadres, 59 % des familles de trois enfants ou plus et 57 % des personnes ayant un « revenu net mensuel supérieur à 4 000 euros » ont pour projet d’acheter, d’après Philippe Taboret, directeur général adjoint de CAFPI.

Pendant cette crise, ils ont pour beaucoup épargné

Mais comment comptent-ils investir ? Selon l’étude, 45 % des sondés jugent avoir assez économisé pour pouvoir acheter ; c’est le meilleur score depuis 2017, peu avant la crise de 2018. Il faut tout de même noter que les propriétaires sont plus nombreux à considérer à posséder les fonds nécessaires à une acquisition immobilière que les locataires (55 % contre 32 %).

Il faut dire que la crise a poussé les Français à économiser et les niveaux d’épargne sont au plus haut. En effet, la majorité des sondés possèdent un ou plusieurs produits d’épargne. 25 % disent avoir plus épargné que les années précédentes, 35 % sont restés à leurs niveaux habituels et 40 % avouent avoir moins épargné. 28 % des 25-65 ans du sondage ont expliqué vouloir consacrer cette épargne à un achat immobilier : c’est le premier usage motivé pour ce surplus.

Pourtant, ils pensent qu’obtenir un crédit sera plus difficile

Mais le tableau se noircit du côté de l’obtention de crédit. Pour 2021, 35 % des 25-65 ans pensent qu’il sera plus difficile d’obtenir un crédit qu’en 2020, contre 42 % en 2020 par rapport à 2019. « Il faut y voir les effets de la crise sanitaire, de la stabilisation des taux d’emprunt et surtout du durcissement des conditions d’obtention d’un prêt immobilier, même si le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) les a assouplies ». Rappelons que le HCSF a remonté à 35 % le taux d’endettement maximal pour pouvoir contracter un prêt immobilier (cela ne rendra pas nécessairement l’obtention d’un crédit plus facile, néanmoins).

Par conséquent, 58 % des sondés pensent que les critères pour obtenir un prêt sont plus exigeants qu’en mars 2020. Mais toujours 58 % d’entre eux admettent que les prix très élevés de l’immobilier constituent le principal obstacle pour l’accès à la propriété, soit 2 % de plus que l’année précédente. À titre de comparaison, 36 % d’entre eux estiment que la principale difficulté sera de trouver un financement quand 31 % pointent leur manque de confiance en l’avenir.

D’ailleurs, 72 % des 25-65 ans pensent être « en pleine crise économique », contre 65 % un an auparavant. Face à cette situation, 51 % n’ont pas changé leur état d’esprit, 38 % sont plus pessimistes et 11 % plus optimistes.

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *