DÉCRYPTAGE

Ses villages de vacances sont connus dans le monde entier. L’an dernier, le Club Med a fêté ses 70 ans, mais aussi l’avènement d’une toute autre façon de voyager. Car depuis sa création en 1950, ce concept a révolutionné les vacances des Français avec la naissance du “all inclusive”, des tables communes et des séances de sport collectives. La France Bouge vous raconte la saga de ce groupe qui a du se réinventer au fil des années.

Un vent de liberté après 1945

C’est sur un terrain sans eau ni électricité que commence l’aventure du Club Med. Nous sommes en 1950 et 200 tentes et du matériel de cuisine sont installés pour préparer l’arrivée des premiers clients au nord de l’île de Majorque. L’objectif est alors de proposer des vacances pas comme les autres, de créer un vent de liberté juste après la guerre. À l’origine du projet, il y a un homme, Gérard Blitz, qui voulait révolutionner le monde du tourisme, comme l’explique Jean-Jacques Manceau, journaliste et écrivain, auteur de livres sur l’histoire du Club Med. 

“On sort d’une période de confinement forcé avec la Seconde Guerre mondiale, qui a duré quatre ans et qui a été terrible, et il y a une envie de bonheur, une envie de mordre la vie à pleines dents. Et lui arrive à ce moment-là et invente un concept de vacances où l’on ne parle plus d’argent, où l’on se rassemble pour aller quelque part et partager un moment de convivialité. On supprime la circulation de l’argent, que l’on remplace par les fameuses boules rouges et on recrée un monde un peu à part”, raconte le spécialiste.

La naissance du “all inclusive”

Buffets à volonté, tables communes, soirées partagées, sports collectifs… Plus de deux mille clients sont présents à l’ouverture du premier club. Un succès qui donne naissance au concept du “all inclusive”, le tout inclus. Et le principe marche tellement bien qu’un deuxième club ouvre ses portes en Italie l’année suivante. Gérard Blitz a alors envie d’innover. 

“Il se dit que pour continuer à se développer, il doit mettre la main sur des campements qui puissent se monter et se démonter. On lui donne alors un annuaire des différents industriels qui fabriquent des tentes et c’est là que la rencontre se fait avec Trigano. Et la compagnie lui semble encore plus sympathique que c’est une histoire de famille”, poursuit Jean-Jacques Monceau.

Et justement, Gilbert Trigano joue un rôle crucial dans le développement du Club Med dès les années 60 : campements de qualité, création du mini-club, arrivée des fameux G.O,  les gentils organisateurs, ainsi que des GM, les gentils membres…Pendant 20 ans, c’est un succès et des Club Med se construisent partout en France et à l’étranger.

Un concept moqué dans les années 1980

Mais dans les années 1980, le concept s’essouffle et est gentiment moqué. “Finalement, on finit par arriver à la caricature du Club Med avec la sortie du film Les Bronzés en 1978. Et à ce moment-là, on voit bien qu’il est associé aux cadres parisiens beaufs, qui viennent se faire plaisir et où ne parle plus que d’histoires de fesses. Tout le concept est un peu galvaudé”, poursuit l’écrivain. 

Et celui qui va essayer d’effacer complètement cette image, c’est Henri Giscard d’Estaing, qui prend la tête du Club Med en 2001 et décide de le rendre très haut de gamme. En 2015, le groupe est racheté par l’entreprise chinoise Fosun, ce qui lui permet de se développer et de prendre un nouvel essor. Si bien qu’aujourd’hui, on trouve 70 clubs à travers le monde. Si depuis la crise du Covid, le Club Med affiche une baisse de 58% de son chiffre d’affaires, il prévoit toujours d’ouvrir 16 nouveaux complexes d’ici 2023.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *