REPORTAGE

C’est une date que tout le monde gardera en tête, à commencer par les restaurateurs. Mercredi soir, lors de son allocution, Emmanuel Macron a évoqué la réouverture des terrasses à la mi-mai. Mais alors que la France entière est reconfinée depuis samedi soir pour quatre semaines, les professionnels du secteur de la restauration réclament des précisions.

“Il faut que nos fournisseurs se préparent”

Après plus de cinq mois de fermeture, ce nouveau cap esquissé par Emmanuel Macron met un peu de baume au cœur des restaurateurs, mais cette petite lumière au bout du tunnel ne suffit pas à rassurer Laurent Duc, président de la branche hôtellerie à l’Union des métiers et des industries hôtelières. “J’ai l’impression d’être pendant une guerre, où l’on distribue à manger à la population ou d’un hélicoptère en jetant des colis par la fenêtre”, dit-il au micro d’Europe 1. “La vache qu’on va manger dans quatre semaines, elle n’est pas morte encore. Il faut que nos fournisseurs se préparent à ce que nous ouvrions. C’est pour cela que des dates sont importantes.”

Le 15 mai, “pas une date d’ouverture fixe”

Une date précise, donc. Oui, mais comment fixer une date alors que l’ouverture du pays repose sur l’évolution du virus ? Selon Alain Griset, ministre délégué aux PME, tout ce que le gouvernement peut faire pour l’instant, c’est affiner le protocole sanitaire pour anticiper au maximum.

“Le président n’a pas indiqué le 15 mai comme étant une date d’ouverture fixe”, rappelle le ministre. “Ces professionnels ont déjà fait beaucoup d’efforts. Dès qu’on aura des éléments très précis, on pourra leur dire à ce moment-là, et ils pourront commencer à retravailler”, poursuit-il, concédant la forte attente dans laquelle se trouvent les professionnels du secteur. Désormais, la filière réclame la vaccination du personnel de restauration en mai en vue de l’ouverture, et ce, quelle que soit la tranche d’âge. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *