À l’heure actuelle, le contrôle technique n’est pas obligatoire pour les deux-roues. Toutefois, le comité Transport et Tourisme du Parlement européen a demandé à la Commission Européenne de le rendre obligatoire pour les deux-roues et trois-roues motorisés, autrement dit les motos et les scooters. Les associations de motards et les usagers s’opposent fermement à ce projet.

Le contrôle technique pourrait devenir obligatoire pour les motos et les scooters

Jusqu’à présent dans l’Union Européenne, la France était exemptée de contrôle technique obligatoire pour les deux-roues et trois-roues. Toutefois, l’UE a voulu imposer dès 2020 l’obligation de contrôle technique pour ces véhicules à tous ses pays membres. La France a obtenu un délai de deux ans pour sa mise en place.

Le texte visant à réguler les deux-roues a été adopté par les Eurodéputés à 48 voies contre une ; il sera ensuite soumis à la Commission Européenne, qui décidera des modalités et de la forme de ce contrôle technique. L’argument en faveur de cette mesure et présenté par les autorités est simple : la sécurité des usagers. Elles appuient cet argument en mettant en exergue une baisse moins importante de l’accidentalité pour ces véhicules par rapport aux autres catégories de véhicules.

Les associations de motards se lèvent contre cette obligation

Toutefois, les associations de motards et les usagers ne l’entendent pas de cette oreille : ils s’opposent fermement à la mise en place d’un contrôle technique obligatoire pour les motos et scooters. Leur argument ? L’inutilité d’une telle mesure. En effet, bien que les motards puissent profiter de certaines avancées technologiques en matière de sécurité, ces derniers restent toujours plus exposés que les automobilistes à cause de l’absence de carrosserie.

Ils s’appuient notamment sur un rapport MAIDS de 2005, qui analyse que seulement 0,5 % des accidents de moto sont associés à un problème technique. Et bien que ce rapport puisse dater un peu, la proportion pourrait ne pas avoir changé depuis car l’accidentalité des deux-roues a quand même baissé, tandis que leur nombre ne cesse de croître sur les routes (x10 en trente ans). En outre, le conseil général des Ponts et Chaussées expliquait déjà en 2007 qu’il s’avérait complexe de corréler l’état d’un deux-roues et son accidentalité.

« Plusieurs études montrent que les motos sont en général très bien entretenues et présentent très peu de défauts techniques. Les défauts techniques qui existent sont principalement dus à une usure normale des pneus et de l’éclairage, ce qui peut survenir entre les contrôles techniques et doit être pris en charge par le conducteur avant chaque déplacement, ce que tout motard apprend lors de sa formation et lors de l’examen au permis de conduire », développe donc la FFMC (Fédération française des motards en colère).

Si l’Irlande, la Finlande et les Pays-Bas ont affirmé ne pas vouloir mettre en place de contrôle technique pour les motos et scooters, la France, la Belgique, Chypre, le Danemark, Malte et le Portugal n’ont rien avancé. La FFMC demande donc à la France une clarification sur ce point.

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance moto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *