Les locataires verront-ils leurs loyers baisser en 2021 ? C’est une question que l’on peut légitimement se poser, à la lumière de plusieurs actualités. Tout d’abord, on pense à l’encadrement des loyers, cette méthode de régulation qui devrait s’appliquer à plusieurs nouvelles grandes villes cette année.

L’encadrement des loyers bientôt à Lyon, Bordeaux et Montpellier ?

Parmi les candidates, on peut citer des métropoles comme Lyon, Bordeaux ou Montpellier, mais aussi nombre de communes situées autour de Paris, et qui souhaitent cesser de subir l’inflation constante des prix de la capitale. 

L’application de cette politique pourrait avoir lieu en septembre prochain, à la rentrée scolaire et universitaire, moment de grand « turnover » pour les locations. Si les villes citées rejoignent bien Paris et Lille (qui l’appliquent déjà), l’impact pourrait se mesurer d’ici la fin d’année.

Toutefois, pour que les loyers baissent, encore faut-il que des sanctions efficaces soient appliquées contre les propriétaires qui refuseraient de se plier à l’encadrement, qui est fixé, pour rappel, par arrêté préfectoral. Or, jusqu’ici les sanctions se sont faites plutôt rare, et la fixation d’un plafond pour les loyers s’est donc montrée assez peu efficace.

À Paris (ou l’encadrement est de nouveau en vigueur depuis 2019), et à Lille (où il l’est depuis le 1er mars 2020), les annonces locatives qui affichent des loyers trop hauts sont encore légions. Selon la CLCV (l’association Consommation logement cadre de vie), 40 % des biens loués ne seraient pas dans les clous à Paris, et même parfois jusqu’à 50% plus chers qu’ils ne devraient l’être. Une enquête similaire, menée par le journal La Voix du Nord, fin 2020, avait de même révélé qu’à Lille environ la moitié des annonces ne respectaient pas non les montants autorisés.

Les sanctions vont se durcir

Mais les sanctions pourraient bien se durcir cette année. Tout d’abord, le 9 novembre dernier, un premier jugement en ce sens a été rendu à Paris. Le tribunal judiciaire a permis à un locataire de voir son loyer baisser de 400 euros. L’agence immobilière en cause a également reçu une amende administrative de 1 060 euros (une sanction qui peut atteindre 15 000 euros). 

De plus, les contrôles se sont multipliés à Paris en ce début d’année, en particulier le mois dernier. Ce sont les petites surfaces qui sont visées en priorité par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Cette dernière procède désormais à des contrôles aléatoires des petites annonces, et il ne serait pas surprenant que d’autres procès prennent le parti des locataires dans les mois à venir.

Ces derniers peuvent également être à l’origine de la procédure, en saisissant la commission départementale de conciliation, qui résout déjà de nombreux litiges. Mais le contexte de la crise sanitaire pourrait bien aussi faire baisser à lui tout seul les loyers dans les villes touristiques.

Le Covid-19 fait aussi baisser les loyers

En effet, la diminution du nombre de touristes conduit de plus en plus de propriétaires qui louaient jusqu’ici leurs bien sur des plateformes (type Airbnb) à revenir à de location longue durée classique. Ce revirement a déjà produit ses effets, puisque selon une étude du site Seloger publiée le 22 février, les loyers des meublés ont baissé, sur un an, de 11,5% à Rennes, de 9,9% à Nantes, et d’1,5% à Paris. 

Le nombre de logements disponibles augmente sur le marché de la location « traditionnelle », tandis que la demande se réduit quelque peu (notamment en raison des étudiants qui, privé de cours, ne voient pas l’intérêt de louer), ce qui fait fatalement baisser les prix.

Et il est bien possible que cet amenuisement des loyers se poursuivent, même quand les touristes reviendront. Les bailleurs se sont en effet engagés sur des locations longue durée, des baux d’au moins un an renouvelables, il sera donc difficile remettre tout de suite ces logements sur des plateformes touristiques.

En cumul d’un encadrement des loyers qui pourraient s’étendre à de nouvelles grandes ville et durcir ses sanctions, il est bien possible que les loyers baissent progressivement au cours de cette année. En attendant, pour faire des économies sur son budget logement, il est toujours possible de comparer les assurances habitations en ligne. 

Économisez jusqu’à 40% sur votre assurance habitation

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *