Le nombre de décisions d’investissements étrangers en France a chuté de 17% en 2020 par rapport à 2019, sur fond de ralentissement mondial des investissements internationaux lié à la pandémie de Covid-19. D’après des données publiées vendredi par l’agence gouvernementale Business France, 1.215 décisions d’investissement ont été prises l’an dernier par des sociétés étrangères, qui ont permis de créer près de 30.000 emplois et d’en maintenir près de 5.000 autres.

Le total des emplois ainsi créés ou maintenus (43.567) est en baisse de 13% par rapport à 2019, mais supérieur de 14% à 2018, ce qui classe 2020 au deuxième rang des meilleures années “depuis dix ans”, selon l’agence, qui est chargée de promouvoir ces investissements.

Progression des Pays-Bas

Les sites de production, au cœur de l’ambition de reconquête industrielle du gouvernement, représentent le quart des décisions d’investissement et sont à l’origine de 37% des emplois créés. “En dépit d’une crise économique inédite, la France a su rester attractive : c’est le fruit des réformes menées depuis trois ans, qui ont renforcé notre compétitivité”, a déclaré à l’AFP le ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester.

Au niveau mondial, les investissements directs étrangers (IDE) ont chuté de moitié (49%) au cours du premier semestre 2020, selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced). Une baisse de “17%, c’est vraiment la preuve qu’on a bien résisté à cette crise”, a jugé Christophe Lecourtier, directeur général de Business France, ce qu’il explique aussi par la part importante (64%) des investissements venant d’Europe.

Les États-Unis restent le premier pays en nombre de décisions d’investissement en France avec 17%, devançant d’une courte tête l’Allemagne (16,5%). Viennent ensuite le Royaume-Uni (10%), l’Italie (8%) et les Pays-Bas (7%), ces derniers progressant de 43% par rapport à 2019.

Le projet Team France Invest

En 2019, la France s’était hissée au premier rang des pays européens les plus attractifs pour les investisseurs étrangers, selon le cabinet EY, une performance dont s’était félicité le gouvernement. Pour renforcer cette dynamique, les ministres Franck Riester, Agnès Pannier-Runacher (Industrie) et Jacqueline Gourault (Territoires) ont lancé vendredi le projet Team France Invest, afin d’accompagner les investisseurs vers des territoires moins connus que la région parisienne ou les grandes métropoles régionales.

Concrètement, des “data rooms” en ligne serviront de “guichet unique” aux investisseurs, dans leurs relations avec notamment les agences régionales de développement, les préfectures, la banque publique Bpifrance et Business France, a expliqué Christophe Lecourtier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *