Cette nouvelle n’est pas forcément positive pour les emprunteurs : le HCSF (Haut Conseil de stabilité financière) a confirmé ses recommandations à propos de l’octroi des prêts immobiliers. Et on y apprend notamment que, si les conditions d’accès au crédit se sont assouplies, le coût de l’assurance emprunteur sera inclus dans le calcul du taux d’endettement. Pensez donc à comparer les prix des assurances emprunteur via notre formulaire pour peut-être réaliser des économies !

Le HCSF a décidé d’inclure le coût de l’assurance prêt immobilier dans le taux d’effort

À la fin de l’année 2020 et suite à sa réunion du 17 décembre dernier, le HCSF avait prodigué ses diverses recommandations concernant l’accès au crédit immobilier. On en retenait notamment que le taux d’endettement, également appelé « taux d’effort » par le Haut Conseil était rehaussé à 35 %. En effet, il n’était qu’à 33 % en 2020 suite aux recommandations de la fin de l’année 2019, une année particulièrement dynamique pour l’immobilier. Certes, 2 % peut paraître peu, mais sur un prêt immobilier, cela peut représenter une somme important tel que le faisait remarquer Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.com au cours d’une interview à Assurland. Rappelons que le taux d’endettement représente la part maximale de vos revenus dédiés au remboursement de votre prêt.

Mais à la différence des années précédentes, le coût de l’assurance emprunteur sera comptabilisé pour le calcul de ce taux d’endettement pour 2021, tel que l’a confirmé le HCSF le 28 janvier dernier dans la publication officielle de ses recommandations. « Ces charges comprennent le remboursement du capital emprunté et de l’ensemble des charges d’intérêts et d’assurances », peut-on lire dans la notice du HCSF.

Une mauvaise nouvelle pour les emprunteurs

Si les assouplissements de l’accès au crédit sont plus que positifs pour les emprunteurs, cette inclusion de l’assurance de prêt dans le taux d’effort est moins profitable. En effet, certaines banques ne la comptabilisaient pas dans le calcul des charges annuelles. Mais dans un environnement de taux de crédit très bas, les bénéfices pour les banques ne se réalisent sur ces taux mais bien sur l’assurance emprunteur. Les prix de cette dernière ont donc tendance à monter dans un marché pourtant très disputé entre banques, courtiers et assureurs. Le HCSF précise tout de même que cette mesure a été adoptée pour plus de clarté et d’égalité entre les organismes prêteurs.

À savoir tout de même que le Haut Conseil a augmenté de 15 % à 20 % la marge de flexibilité, c’est-à-dire la part de nouveaux prêts « pouvant s’écarter du respect des critères de maturité et de taux d’effort ». En outre, cette souplesse doit profiter à 80 % et plus seulement 75 % aux acquéreurs de résidence principale avec une part de 30 % de primo-accédants par les bénéficiaires de cette flexibilité maximale. En effet, les primo-accédants avaient été les principaux lésés par les recommandations pour l’année 2020.

Comparer les assurances prêt immobilier pour faire des économies !

Avec cette nouvelle recommandation du HCSF, réduire le prix de votre assurance emprunteur sera d’autant plus déterminant ! Cela ne vous permettra pas seulement de réduire vos dépenses mais également d’accéder plus facilement au crédit. D’autant plus que les banques cherchent à maximiser leurs revenus sur cette assurance dans un marché pourtant très concurrentiel.

Pour réduire le prix de votre assurance emprunteur, il vous faudra passer par une délégation d’assurance. Cela signifie qu’un autre organisme que la banque vous prêtant de l’argent assurera votre crédit. Pour ce faire, vous pouvez passer par notre comparateur d’assurances prêt immobilier. Il vous suffira de renseigner quelques informations sur votre profil ; cela ne vous prendra que quelques minutes, est totalement gratuit et sans engagement !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *