Durant l’année 2020, de nombreux assureurs avaient annoncé le gel de leurs primes d’assurance auto pour l’année 2021. Ces gestes commerciaux avaient notamment été motivés par la baisse de la sinistralité automobile suite aux mesures sanitaires et autres confinements. Toutefois, les prix des cotisations risquent fortement d’être revus à la hausse en 2021. Il y a en effet un risque de rattrapage lié à l’augmentation du coût des pièces détachées dans le secteur automobile. Comparez dès à présent les assurances auto pour faire des économies !

De nombreux assureurs ont gelé leurs tarifs en assurance auto pour 2021

De nombreux assureurs et mutualistes avaient annoncé le gel des prix de leurs assurances auto pour 2021 durant l’année dernière : GMF, la Matmut, la MAIF, Suravenir, l’AGPM, la MFA, la MACSF ou encore la Mutuelle de Poitiers. En plus de ces gels de primes, certains assureurs ont procédé à des gestes commerciaux pour redistribuer à leurs assurés une partie des sommes économisées. La MAIF avait mené la danse en remboursant 100 millions d’euros à ses assurés, soit environ 30 euros par véhicule assuré.

Ces gestes avaient été motivés par la baisse drastique de la sinistralité sur les routes en 2020. En effet, le nombre d’accidents constatés a chuté grâce à la baisse de la circulation, elle-même entraînée par les diverses mesures de confinement et restrictions sanitaires. D’après Cyrille Chartier-Kastler, président et fondateur de Facts & Figures, le cabinet de conseil prévoyant la hausse à venir des prix des assurances auto, les sinistres ont diminué de 80 %. Et d’après l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, cela a permis aux assureurs d’économiser 2,2 milliards d’euros.

L’assurance auto, un marché très concurrentiel

Mais la baisse de la sinistralité n’est pas le seul motif de ce gel des cotisations. L’assurance auto est un marché très concurrentiel : les marges sont peu élevées car la concurrence tire les prix au plus bas. En 2019, près des trois quarts des contrats d’assurance voiture ont été signés auprès des bancassureurs, de nouveaux concurrents très rudes pour les mutualistes traditionnels.

Pour ce faire, ces derniers ont réussi à faire baisser le montant moyen des cotisations (hors taxe) de 3 euros entre 2018 et 2019. Facts & Figure explique donc que le Crédit agricole et le Crédit mutuel (Fédération nationale et Arkéa) ont à eux seuls délivré respectivement 140 000 et 135 000 nouveaux contrats, soit 56 % d’entre eux. C’est beaucoup plus que la Macif (65 000 nouveaux contrats en 2019) et la Matmut (34 800 contrats).

De plus, « certains assureurs ont aussi dû assumer les conséquences d’une communication catastrophique durant le premier confinement. La pression des assurés est forte », a allégué Cyrille Chartier-Kastler. En effet, de nombreux assurés n’ont pas compris pourquoi leur assureur n’avait pas procédé à des remboursements.

Des hausses à attendre pour 2022

Mais ce blocage des tarifs ne risque guère de durer. En 2022, l’assurance auto risque de bien de voir ses prix augmenter pour « rattraper le retard » engendré par les gels des primes, tel que le prévoit Facts & Figures. En effet, le prix des pièces détachées dans le secteur automobile ne cesse d’augmenter. Entre 2019 et 2020, l’inflation sur ces pièces a été de 4,4 %, d’après les chiffres de la SRA (Sécurité et réparations automobiles) provenant de la FFA (Fédération Française de l’Assurance). Et si l’on prend en compte l’évolution du parc auto français, toujours plus fourni en SUV, cette inflation se hisse à 7,8 % et 5,8 %.

Ces hausses sont donc drastiques et la plus importante constatée concerne le prix des pare-brises. Le prix de cette pièce a augmenté de 11 % durant l’année 2019. De surcroît, le prix de la main d’œuvre augmente également car les véhicules sont de plus en plus complexes, embarquent toujours plus d’électronique nécessitant une expertise coûteuse en cas de réparation. « Les prix sont devenus si élevés, chez Tesla par exemple, que certaines assurances refusent de couvrir le véhicule », remarque notamment Cyrille Chartier-Kastler.

Si vous désirez anticiper sur ces hausses futures et réduire le prix de votre assurance auto, vous pouvez procéder à une comparaison d’assurance auto. Cela vous permettra de sonder le marché et de trouver l’offre la moins chère correspondant à vos besoins. Comparer les assurances ne vous prendra pas plus de 5 minutes, est gratuit et sans engagement !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *