La pandémie de Covid-19 a profondément bouleversé le tourisme à l’échelle du monde entier. Avec les nouvelles normes et restrictions sanitaires, il n’est plus possible de voyager comme avant. De facto, l’assurance voyage a elle aussi été bousculée. Avec une demande des voyageurs qui change, les assureurs doivent s’adapter et proposer de nouveaux contrats, revoir leurs garanties.

Une demande des destinations et des voyageurs qui évolue

Lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé le monde de plein fouet au début de l’année 2020, de très nombreux voyageurs ont été pris de court : ils ont dû faire face à des annulations, des mises en quarantaine, des rapatriements… Certains ont même été bloqués à l’étranger à cause des fermetures de frontières. À échelle mondiale, le tourisme a été très fortement perturbé. Résultat, les Français ayant voyagé en 2020 ont été « quatre fois moins nombreux que d’habitude », d’après Jean-Pierre Mas, président du syndicat patronal les Entreprises du voyage. Le secteur du tourisme aurait vu son chiffre d’affaires plonger de « 70 % à 80 % ».

Ainsi, la demande des destinations touristiques et des voyageurs a évolué. D’une part, certaines destinations ont exigé que les voyageurs soient mieux couverts afin de limiter les risques. Avant cette crise, seules six destinations exigeaient une assurance voyage : Algérie, Arabie Saoudite, Chine, Cuba, Mongolie et Russie. Désormais, plus d’une trentaine de destinations en font de même.

D’autre part, les touristes ont changé leurs habitudes. « Auparavant, les voyageurs ne s’assuraient que très peu, car ils comptaient sur la couverture offerte par leur carte bleue », explique Céline Galea, marketing manager chez Yupwego, cabinet de courtage spécialisé dans l’assurance voyage. Les voyageurs sont également plus attentifs. En effet, nombre d’entre eux pensaient être couverts en cas d’épidémie mais se sont rendus compte avec la crise que ce risque était exclu de leur contrat. Enfin, on remarque qu’aujourd’hui, les périodes de voyages sont de plus en plus courtes et les demandes d’assurance concernent maintenant ces voyages de plus courte durée.

Des contrats d’assurance voyage qui doivent s’adapter

Ainsi, les assurances voyage font face à de nouveaux défis et doivent s’adapter. « Nous avons fait évoluer nos garanties, car la pandémie, sauf dans notre contrat Corporate Mobility, n’était souvent pas couverte », affirme Frédéric Duhamel, directeur commercial d’Axa Partners. Chez Allianz Travel, Quentin Poizat, son directeur commercial tourisme et loisirs corrobore : « Nous avons modifié nos solutions durablement et non pas seulement pour la crise. Nous avons intégré, dans nos couvertures, des garanties liées aux pandémies. »

En outre, les assurances voyage doivent se montrer plus souples, tout en s’adaptant à certaines contraintes imposées par certains pays. Le Costa Rica impose par exemple la prise charge des frais d’hébergement en cas de quarantaine. « Nous avons inclus cette couverture dans la plupart de nos contrats de manière à ce que les voyageurs puissent se rendre à destination », allègue Alexandre Cordier, directeur général d’Ava Assurances, courtier grossiste spécialisé dans l’assurance voyage. D’autres solutions peuvent être envisagées : Yupwego veut se montrer flexible en faisant usage de la géolocalisation pour ses contrats d’assurance voyage.

Mais les Français ne désirent pas que l’assurance voyage devienne obligatoire

Dans de telles conditions, on imagine aisément que l’assurance voyage pourrait devenir obligatoire. Mais il semblerait que les Français ne l’entendent pas de cette oreille : la contrainte ne serait pas la bonne solution, en particulier dans un contexte où le voyage doit être relancé. Néanmoins, certains pays pourraient exiger une vaccination pour obtenir un droit de visite. « Ce point pourrait avoir un impact sur certaines assurances annulation permettant un remboursement en cas de contre-indication au vaccin ou d’effets secondaires », remarque David Dumont, président-directeur-général d’Insurly, comparateur spécialisé dans l’assurance voyage et que nous avions interviewé au milieu de cette crise.

Ce qui est certain, c’est que le recours à l’assurance voyage est de plus en plus important, ce qui ne manque pas de réjouir les acteurs du secteur. Ces derniers sont donc confiants et attendent un retour à la normale des volumes de voyages.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *