C’est devenu une habitude depuis plusieurs années : quelques jours avant les soldes, les commerçants dégainent leurs “ventes privées”, des promotions réservées aux clients fidèles. Sauf que cette année, les soldes, qui auraient dû commencer mercredi, ont été décalés de deux semaines, au 20 janvier. Ce qui n’empêche pas certaines enseignes de proposer déjà de gros rabais qui s’apparentent à des soldes déguisés. Une pratique qui pénalise les petits magasins, mais que les représentants des commerçants ne condamnent pas étant donné le contexte économique difficile du début d’année.

Trop de ventes privées tuent les soldes

-30% sur l’électroménager chez Cdiscount, -40% sur les pyjamas Arthur, avant-premières à -50% aux Galeries Lafayette, opération prix cassés chez Monoprix… Toutes ces promotions ont un point commun : elles sont réservées aux adhérents du programme fidélité de ces enseignes. Un temps confidentielles, ces opérations promotionnelles sont désormais incontournables pour les grandes enseignes. D’autant que ces ventes privées le sont de moins en moins : la plupart des programmes de fidélité sont gratuits et une simple inscription en ligne suffit pour bénéficier des rabais avant les soldes officiels.  

D’ordinaire, ces promotions durent une semaine mais cette année, avec le report des soldes, elles s’étalent sur deux, trois, voire quatre semaines. “Certaines enseignes ont débuté leurs ventes privées dès le 19 décembre. C’est beaucoup trop tôt”, déplore Éric Mertz, président de la Fédération nationale de l’habillement. “On travaille toute l’année avec des prix justes. Mais là, avec l’enchaînement Black Friday, Noël et ventes privées en moins d’un mois, ce n’est pas viable”, estime-t-il. 

L’organisation, c’est justement l’autre particularité des ventes privées 2021. “Ce calendrier est une première, c’est difficile d’anticiper comme ça va se passer”, confie un acteur majeur de la grande distribution. Chez Cdiscount, on doit aussi s’adapter car les stocks sont historiquement bas à cause de problèmes d’approvisionnement liés au Covid. Plutôt que de faire des promos à tout va, le leader français du e-commerce a donc ciblé une sélection de produits de grandes marques, bradés pour ses 2,2 millions d’adhérents premium.

“Qui sait si on ne sera pas reconfinés avant les soldes ?”

Pour Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France, “il y a deux perdants avec ces ventes privées”. “D’abord, les petits commerces qui n’ont pas les moyens de faire des promotions pendant plusieurs semaines”, rappelle-t-il. “Et puis les consommateurs, qui sont perdus dans une avalanche de rabais et qui ne connaissent plus les prix exacts des produits et ne voient plus que les -50% en gros sur les étiquettes. Et ça ouvre la porte à des arnaques, avec de fausses promotions qui ne sont que de la poudre aux yeux.”

Mais dans le contexte économique actuel, Francis Palombi ne condamne pas ces promotions. “Nous avons demandé le report des soldes pour pouvoir résister aux grandes enseignes. Qu’elles fassent leur ventes privées, nous, nous attendons les soldes avec impatience pour lancer pleinement l’année 2021″, explique-t-il. Éric Mertz non plus ne dénonce pas ces “soldes déguisés” mais il se montre un peu moins optimiste. “Aujourd’hui, on n’a aucune visibilité sur l’avenir. Est-ce qu’on sera reconfiné ? Si oui, quand ?”, s’interroge le président de la Fédération nationale de l’habillement. “Je comprends que les magasins, petits ou grands, fassent du chiffre et prennent ce qu’il y a à prendre dès maintenant. Qui sait si on ne sera pas reconfinés avant les soldes ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *