Les formules d’abonnement qui prévoient un tarif d’électricité différent en fonction des heures de la journée sont de moins en moins rentables pour les clients. En effet, les tarifs n’ont cessé d’augmenter. Vincent Maillard, fondateur du fournisseur Plüm Energie, appelle à une prise de conscience du secteur.

INFO EUROPE 1

En France, 50% des ménages sont abonnés à l’option heures pleines/heures creuses pour leur fourniture d’électricité. A certaines heures – généralement la nuit – l’électricité coûte donc moins cher. Du moins en principe… Selon les informations d’Europe 1, cette option est en effet bien moins avantageuse qu’auparavant. Pour 4 Français sur 5, cette offre est donc inadaptée, selon le fournisseur Plüm Enegie. Le prix de l’électricité n’ayant cessé d’augmenter pendant les heures creuses, il est bien plus difficile de rentabiliser cette offre. Pour ce faire, il faudrait que 50% de l’électricité consommée par le ménage le soit pendant les heures creuses. Auparavant, 30% de consommation en heures creuses était suffisant.

Une offre qui reste “intéressante”

Actuellement, 45% des Français ont souscrit une offre heures creuses/heures pleines. Mais ce contrat perd en attractivité au fil des années. Vincent Maillard, le fondateur de Plüm Energie, appelle les acteurs du secteur à une prise de conscience: “la plupart des gens vont gagner autour de 45 à 50 euros” en basculant sur une offre sans distinction entre heures pleines et heures creuses. “Mais l’idée c’est de dire : on fait en sorte que l’offre heures pleine-heures creuses reste attractive pour éviter que les clients ne se tournent vers une offre qui est collectivement moins avantageuse. Cette offre est intéressante, elle a un sens”, conclut Vincent Maillard.

Cette formule permet en effet de lisser les pics de consommation mais aujourd’hui, elle n’a de sens que pour les clients qui disposent d’un chauffe-eau électrique, d’une voiture électrique ou d’une piscine. Pour savoir quelle offre leur correspond le mieux, les consommateurs peuvent se rendre sur un comparateur en ligne, comme celui du fournisseur Plüm ou celui du médiateur national de l’énergie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *