Alors que les effets de la crise économique se font sentir, les administrateurs et mandateurs judiciaires réactivent le numéro vert pour aider les entreprises à mieux utiliser les aides gouvernementales. Pendant le premier confinement, ce numéro avait permis d’aider plus de 3.000 PME. Aujourd’hui, grâce à ce dispositif, les entrepreneurs peuvent bénéficier d’un diagnostic gratuit. Mais quelle est la marche à suivre ? 

En appelant le numéro vert, un entretien confidentiel d’environ 30 à 45 minutes permet d’aborder, sans tabou, les questions de trésorerie, de financement, de dettes ou encore de problèmes avec le bailleur.

Catherine Poli, qui fait partie des 150 administrateurs bénévoles, conseille aux entreprises de ne pas attendre la dernière minute. Car au-delà des aides gouvernementales, des recours judiciaires pourraient être très utiles aux entrepreneurs. 

“Il y a des solutions pour tous”

“La France a une boîte à outils extraordinaire que possèdent peu de pays européens. Il faut pouvoir utiliser ces outils, à la fois de prévention mais aussi de sauvegarde ou de redressement. En fonction de la situation de l’entreprise, en fonction de son carnet de commandes, il y a des solutions pour tous. Et c’est un acte de bonne gestion que de les utiliser”, recommande-t-elle. 

Parmi ces outils, il y a notamment le mandat ad hoc ou la conciliation. Deux procédures amiables et confidentielles qui permettent de rentrer en lien avec les créanciers pour leur demander,  par exemple, d’étaler votre dette.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *