A quel âge doit-on commencer à préparer sa retraite ? Et, surtout, quelle solution d’épargne a la préférence des Français pour ce faire ? Ces deux questions sont au cœur d’une enquête menée par la Carac, une mutuelle d’épargne, de retraite et de prévoyance, avec l’institut de sondage Opinionway. 

50 ans : trop tôt, trop tard ?

Selon cette étude, réalisée auprès d’une population de 35 à 65 ans, l’âge charnière semble être 50 ans. En effet, 54% des actifs interrogés admettent ne pas y avoir encore pensé, mais ils sont plus de 8 sur 10 parmi eux à estimer que le bon moment se situe autour de la cinquantaine. Ils ne sont que 20% à se préparer financièrement dès l’âge de 30 ans. Les retraités interrogés semblent corroborer la bascule des 50 ans, puisque 57% d’entre se sont effectivement intéressés de près à leurs vieux jours à partir de leur cinquantième bougie. 

Bien sûr, l’enquête montre aussi que les personnes les plus aisées sont plus enclines à préparer leur retraite tôt, car elles peuvent mettre plus facilement de l’argent de côté. Les CSP+ sont ainsi plus nombreux à penser qu’il faut préparer la retraite avant 50 ans, à l’inverse des femmes, des jeunes, et des inactifs.

La retraite, sujet majeur de préoccupation

S’ils n’y pensent pas avant un certain âge, une large majorité (84%) reconnaissent néanmoins que la retraite est l’un de leurs sujets majeurs de préoccupation, moins que la santé (91%), mais un peu plus que la perte d’autonomie (72%), qui inquiète peut-être davantage par la suite.

Mais de la préoccupation à l’inquiétude il n’y a souvent qu’un pas. Ce que semble aussi nous traduire cette étude puisque près d’un actif sur deux (48%) sent qu’il ne dispose pas pour l’heure de suffisamment d’informations sur son âge de départ à la retraite. Et, du côté des pensions, l’appréhension est encore plus grande : en effet 65% considèrent qu’ils ne sont pas assez informés sur le montant futur de leur retraite.

Le régime général et les complémentaires en déficit

Cette anxiété au sujet de la retraite est structurelle depuis plusieurs années, et alimentée sans doute par le déficit du régime général de la Sécurité sociale, qui s’est encore creusé lourdement cette année en conséquence de la crise du Covid-19.

Le Comité d’Orientation des retraites (COR) a en effet révélé en octobre que le surcoût engendré par la crise sera de 21 milliards cette année (pour un déficit total de 25 milliards d’euros) et de 5 milliards d’euros par an pour les années à venir. Du côté, des retraites complémentaires, c’est un déficit compris entre 6 et 8 milliards d’euros qui est lui attendu en 2020. 

Le livret d’épargne, le PER puis l’assurance vie plébiscités

Dans un climat d’inquiétude renforcé par la crise économique et sanitaire que nous connaissons, c’est, selon ce sondage, l’épargne financière sur un livret d’épargne ou un plan d’épargne d’entreprise qui est la solution la plus connue et la plus souscrite pour préparer sa retraite. 67% des Français en ont entendu parler, et 35% des actifs l’envisagent.

On remarque également la belle place acquise par les Plans d’Epargne Retraite (PER) dans cette hiérarchie des solutions de placement. 60% des interrogées disent en effet connaitre cette solution, et 26% l’envisagent, alors que la nouvelle version de ces PER ont tout juste un an d’existence. Avec un meilleure rendement que le livret A et une sortie de capitaux plus aisée que dans le cadre d’une assurance vie, ces nouveaux PER, et en particulier sa version individuelle (le PERIN) se sont faits une place dans le cœur des épargnants en cette année particulière.

Le contexte a également peut-être influé sur la troisième place obtenue par l’assurance vie sur ce podium des solutions privilégiées pour anticiper financièrement la retraite. En effet, seuls 48% des Français entre 35 et 65 ans savent qu’il peut s’agir d’une bonne opportunité pour préparer sa retraite supplémentaire. Un résultat peu surprenant quand on sait que l’assurance vie n’a pas la côte dans les moments où les ménages perdent en confiance. 

Il est d’ailleurs possible qu’en cette période compliquée pour l’assurance vie, les assureurs vous fassent profiter de conditions d’entrées privilégiées. N’hésitez donc pas à sonder le marché en comparant le coût des assurances vie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *