La réforme se déploie rapidement au sein des Compagnons du Devoir, en phase avec leur objectif de doubler le nombre d’apprentis d’ici 2022. Certes, ils attendent que le gouvernement arbitre sur les règles de financement des contrats sous convention régionale signés en septembre et applicables à partir du 1er janvier 2020. Mais cela n’empêche pas leurs centres de formation d’apprentis d’avancer sur leurs projets de développement et de transformation. Sur la base de l’audit réalisé par l’association sur les besoins des entreprises dans chaque région, une trentaine de nouvelles sections d’apprentissage seront lancées au cours de cette rentrée. Avec ces créations inspirées par la réforme, une page se tourne donc déjà. Avec un marché libéré et des opportunités nées de la désintermédiation du compte personnel de formation ou encore de l’évolution de l’action de formation,  un modèle économique dynamique se met en place. «  En nous appuyant sur le découpage en blocs de compétences et l’individualisation de nos parcours, nous allons mixer nos publics entre la formation continue, le CPF ou encore les contrats de professionnalisation », explique Jean-Claude Bellanger. Pour cela, les Compagnons du Devoir vont capitaliser sur les innovations pédagogiques injectées dans les CFA ces dernières années.

Aide au permis de conduire

Une méthode innovante a été, en effet, expérimentée depuis septembre 2017. Baptisée Appie (Apprentissage par immersion en entreprise), elle réduit le temps de formation en CFA à 9 semaines (contre 25 habituellement) et intègre les outils numériques. Une voie toute tracée pour rendre l’apprentissage plus personnalisé et plus connecté aux réalités de l’entreprise. Autre avantage de cette approche, les Compagnons du Devoir sont, dés maintenant, en mesure d’accueillir de jeunes apprentis tout au long de l’année comme l’autorise désormais la loi. Appie sera donc encore renforcée. Autre chantier à mener en 2020, l’obtention de la nouvelle certification qualité  applicable aux CFA historiques à partir du 1er janvier en 2022. Enfin, l’association travaille actuellement sur un dispositif d’aide au permis de conduire mutualisé avec un organisme national. La réforme prévoit un appui financier de 500 euros pour chaque apprenti.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *